La maison d’enfants d’Evreux ouvre grand ses portes

La maison d’enfants d’Evreux ouvre grand ses portes
8 novembre 2017 Jean-Gabriel GREGOIRE

Etre mieux connu de son environnement, le quartier de Nétreville, permettre aux enfants des découvertes et des relations sociales étendues, susciter des idées et d’autres partenariats, construire des projets innovants…

Autant de raisons qui nous poussent à ouvrir les portes de notre établissement au public ; nous saisissons chaque opportunité… et mettons à l’épreuve notre inventivité !

À l’occasion des travaux de mise aux normes d’accessibilité de la Mecs, nous avons entrepris un partenariat artistique. La cage d’escalier de l’établissement va notamment être sécurisée et un ascenseur installé. Nous aménageons également plusieurs chambres afin de les adapter à l’accueil de personnes à mobilité réduite. Dans le cadre de ces travaux, nous avons commandé une intervention artistique dans cet espace fréquenté quotidiennement pour tous les enfants. L’artiste « plaquetitien », comme il se qualifie lui-même, Joël Ducorroy, présente ainsi sa future oeuvre : 

« Je vais proposer une opération participative. Nous serons ouverts aux associations, aux familles, aux salariés du conseil départemental mais aussi aux habitants du quartier. Chacun pourra proposer un mot, le dessiner et le transformer en plaque d’immatriculation. Ensuite, j’organiserai l’ensemble. Ce sera une sorte de cadavre exquis ».

Joël Ducorroy est un collectionneur de mots ; il s’est inventé un langage plastique imparable en s’emparant d’un matériau inédit, la plaque minéralogique avec laquelle il joue pour créer des compositions qui représentent « ce qui est écrit dessus ». On le qualifie d’humoriste néoconceptuel. Sa future intervention, reposera sur la participation du public. Cette création est ainsi conçue comme un projet fédérateur, des jeunes accueillis, des  professionnels de l’établissement, des familles, des habitants des alentours mais également des associations sportives et artistiques avec lesquelles nous travaillons déjà.

Nos actions s’inscrivent plus largement dans les priorités associatives de Moissons Nouvelles, dont une volonté de plus large ouverture sur la société civile et l’environnement. Cela se traduit par exemple par des collaborations avec davantage de bénévoles, des personnes prêtes à donner un peu de leur  temps, de leur savoir-faire, de faire partager leurs passions, leurs expériences afin d’enrichir le parcours et l’accompagnement de nos jeunes et de leurs faire connaitre la richesse des expériences et des engagements humains. Après le partenariat avec Dominique Le Mer chargée d’actions de communication, nous avons la chance de travailler avec Fanny Paul qui cordonne un projet éducatif destiné aux adolescentes : Malika,  habitante du quartier de la Madeleine, nous cuisinera un tajine le 14 novembre lors de la venue de l’équipe du centre médico-psychologique et du psychiatre Abekhzer. Il s’agit tout autant de créer du lien social et de montrer la réalité de notre établissement, afin de déconstruire les a-priori que ce type de structure peut susciter.

François Bouillon réunira une trentaine d’habitants le 23 novembre à la Mecs pour que chacun contribue par son mot à la fresque de Joël Ducorroy. Nous vous donnons rendez-vous d’ici quelques semaines pour une présentation du nouvel espace et de l’oeuvre réalisée.

Guy-Bernard Aboulin, directeur

 

Voir l’article rendant compte de notre partenariat artistique du 16 octobre 2017 dans  Paris Normandie

 

De gauche à droite: Elsa Toffin-Danflous, André Rostol, Joel Ducorroy, Guy Bernard Aboulin, Véronique Da Costa, Gu, Pascal Duval

Membres de l’équipe de Moissons Nouvelles et partenaires réunis lors du lancement du projet artistique
(Elsa Toffin-Danflous, André Rostol, Joel Ducorroy, Guy Bernard Aboulin, Véronique Da Costa, la galerie de peinture Gu, Pascal Duval).